Portrait de patiente : Monique Ceretti

Monique Cerreti est Patiente partenaire accompagnatrice au Centre d’expertise destiné aux personnes victimes d’une amputation traumatique nécessitant une réimplantation ou une revascularisation (CEVARMU).

J’aimerais témoigner de l’importance du patient partenaire accompagnateur (PPA) au Centre d’expertise en réimplantation ou revascularisation microchirurgicale d’urgence (CEVARMU) du Centre Hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM). 

Lors de mon hospitalisation, je n’ai pas eu le privilège de rencontrer des personnes qui ont vécu un cas similaire au mien. Pendant mes 2 années en réadaptation, j’ai demandé à maintes reprises la possibilité de rencontrer des patients qui ont passé par le même chemin que moi. Jamais je n’ai rencontré de patients accompagnateurs. On peut avoir la meilleure équipe médicale autour de soi, ce n’est pas comme parler à quelqu’un qui a vécu la même chose. 

Mon rôle en tant que patiente partenaire accompagnatrice est d’être à l’écoute des patients, leur parler de mon expérience personnelle, du cheminement qui les attends, de les aider et les encourager. Si au cours des discussions, je m’aperçois que quelque chose ne fonctionne pas au niveau émotif ou physique, je le signale rapidement à l’équipe de soins. Plusieurs patients vivent à l’extérieur de la ville de Montréal, ce qui rend difficile le suivi des patients au CHUM. À l’occasion, si un patient a certains problèmes, je communique avec l’ergothérapeute ou l’infirmière chef qui se chargent de faire le suivi. Combien de fois elles m’ont remercié!

Dernièrement, j’ai rencontré un patient à l’étage. Je suis restée avec lui pendant environ 2h. Il était si content d’avoir pu échanger avec moi. Vous ne pouvez imaginer le bien que ça apporte, autant pour le patient que pour moi de pouvoir exprimer ce que l’on ressent vraiment! Cette journée-là, il y avait un deuxième patient qui avait été réimplanté, que j’ai aussi rencontré. Sa femme était dans la chambre et avait demandée à être présente lors de mon passage. Là aussi, je suis restée à discuter avec eux. Son épouse m’a grandement remercié. 

Au cours des nombreux entretiens que j’ai eu le privilège d’avoir avec les patients, je me suis rendu compte de l’effet positif que j’ai pu leur apporter. Ils se sentaient rassurés face à leur évolution personnelle. Il est essentiel de maintenir ce programme enrichissant pour les personnes amputées et réimplantées. 

Ce contenu a été mis à jour le 16 novembre 2022 à 15 h 39 min.

Commentaires

Laisser un commentaire